BAÏ JIA BEI

Lors de l’accompagnement d’une future maman, j’ai eu envie de lui proposer cette jolie tradition du Baï Jia Bei. Je l’apprécie particulièrement car elle parle de tissus et de confection et que j’aime la couture pour ce qu’elle permet en termes de choix de motifs, de matières et de création.

J’aime aussi beaucoup cette tradition car elle parle de contribution et d’intentions. Chaque personne qui y participe réfléchit à quel tissu elle a envie d’offrir à un bébé à venir et à quel vœu elle forme pour lui.

A l’origine, l’histoire se passe en Chine du Nord. L’empereur a de nombreuses concubines et l’une d’elles devient sa favorite. Elle lui donne un fils et le jour où elle doit s’éloigner pour quelques temps, elle prend peur pour son enfant.

Elle a l’idée de le protéger en demandant aux 100 familles les plus puissantes du pays un morceau de soie chacune. Elle commande alors au tailleur du palais une robe composée de ces 100 coupons. Elle pense qu’ainsi vêtu son petit deviendra Intouchable.

Il semblerait qu’au fil du temps la robe se soit transformée en couverture et que la tradition se soit répandue en Europe via le processus d’adoption.

Il en reste aujourd’hui une bien belle idée  » la couverture aux 100 vœux« .

Une maman motivée par la couture peut lancer un appel à ses amis ou via les réseaux sociaux ou un blog pour lancer son projet et récolter les 100 coupons « magiques ». Je peux aussi l’intégrer dans un projet de Blessingway si la maman est partante !

Pour les personnes sollicitées, il suffit de choisir un, deux ou trois morceaux de tissu et de formuler un, deux ou trois vœux pour l’enfant à venir. Ces vœux sont écrits sur une carte sur laquelle l’expéditeur fixe les mini-bouts de tissus choisis afin que l’enfant en grandissant puisse retrouver qui a participé à sa couverture.

Ensuite, il n’y a plus qu’à assembler les morceaux et à glisser bébé dedans !! Ce travail d’assemblage en fin de grossesse peut être méditatif et aussi permettre la projection autour de l’arrivée de l’enfant réel.